Articles

Affichage des articles du février, 2016

Aux prisonniers oubliés du Cameroun, du Tchad et d'ailleurs

Image
Rebecca Tickle


Une pensée spéciale me traverse l'esprit aujourd'hui, à l'endroit de tous les prisonniers qui croupissent dans les prisons camerounaises et autres lieux d'incarcération dans le pays, quel que soit leur délit.

Dans ces lieux de privation de liberté, les droits humains élémentaires, tant en termes de conditions de détention qu'en termes de tortures physiques et psychologiques, n'existent pas. A vrai dire, le citoyen lamda prisonnier, n'existe plus.

Les détenus, dont 70% ont moins de 22 ans, sont systématiquement affamés par des lois de la jungle désordonnés, leur état de santé dégringole de par des conditions sanitaires inexistantes et leur couverture juridique est généralement nulle. Le personnel pénitentiaire est corrompu, mal ou pas formé, et n'est contrôlé par aucune instance s'intéressant à la dignité humaine d'une population carcérale profondément précarisée et beaucoup trop importante pour les infrastructures à disposition.

L…

La répression, chicotte de la conscience collective en éveil

Image
Rebecca Tickle
Aujourd'hui à N'djamena, dix-sept leaders d'organisations de la jeunesse sont arrêtés et seront sans nul doute violamment tabassés et torturés. La répression contre le fer de lance de la Nation, toujours aussi féroce, continue au Tchad du nouveau président de l'Union Africaine.
Le Tchad d'Idriss Deby, ami de la France. Collaborateur pour les basses besognes dans la sous-région, aussi.
Le Tchad du professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh, enlevé un jour de février 2008 à son domicile par les forces de l'ordre, tabassé à mort sur le sol froid d'une cellule et disparu à jamais de la face du monde.
La répression d'aujourd'hui à N'djamena devrait toucher et émouvoir tout jeune - et moins jeune - Africain soucieux de l'évolution socio-économique de son pays et de son continent.
Par le cauchemar on veut juste empêcher les esprits colonisés de sortir de leur cauchemar. Or le réveil de cette conscience martyrisée et curarisée est la seule …