Articles

Affichage des articles du décembre, 2015

RCA: Affaire de bastions

Image
Rebecca Tickle

"Noureddine dans son bastion de la Vakaga."
"Ziguele dans le bastion de Bozizé."
"Boyrabe le bastion des milices chrétiennes"
"Km5 bastion des (ex-)Seleka".

Je n'invente rien... regardez sur Google. L'expression s'utilise aussi au second degré bien sûr, mais en République Centrafricaine il s'agit toujours du premier degré.

Une saga de violences cycliques qui dure depuis les 55 ans de ce que certains appellent l'indépendance de la RCA. Une saga où les violences épisodiques se transforment en places fortes dans un climat de vengeance victorieuse. Construit dans la justification du sang coulé et armé de défenseurs adeptes de la Pensée unique, un coin potentiellement paisible devient un bastion où les citoyens font ce qu'ils peuvent pour faire avec, puisque ce sont les leurs et qu'on leur dit que c'est comme ça.

Le bastion des tartanpions en mal de mangeoire et de butin, la guerre des fiefs, voilà ce qu…

La peur de l'opinion de l'électeur

Image
Rebecca Tickle

Encore un "scoop médiatique" où on nous dit ce qu'on veut qu'on sache, que je lis ce jour au sujet d'un candidat à l'élection présidentielle prochaine.

Et voilà donc la réflexion que je me fais chaque fois que j'en vois un, quelque soit le candidat visé.

D'abord, la peur de l'avis que l'électeur exprimera le jour du scutin est flagrante.
La grande peur que l'électeur, que l'on fait semblant de prendre pour un bébé qui ne sait pas ce qu'il veut, ne votera pas pour le candidat "qu'il faut". Les critères - affairistes, népotiques, ethniques, historico-conflictuels et autres - sont un autre sujet, bien vaste. En tout cas, pour ces appréhensifs-là, il faut de toute évidence un vainqueur et des perdants avant le résultat de l'élection. Et la fin justifient les moyens dit-on.

Comme la Pensée unique n'a jamais quitté les esprits et que par conséquent chacun se croit seul détenteur de la Solution, il f…

Centrafrique: L'exercice du Droit de Vote

Image
Rebecca Tickle


13 décembre 2015
Jour de référendum pour ou contre la proposition de la nouvelle Constitution.

Ce jour est important. ON VOTE.

Nombreux seront ceux qui se rappelleront d'avoir apporté aujourd'hui leur pierre à l'édifice qu'ils espèrent voir dorénavant sur le chemin pacifique de la reconstruction.

Certains autres néanmoins, se souviendront d'un jour de violence armée ordinaire, d'un jour de violence politique de plus.

Aujourd'hui dans le "jardin" de Bozizé, Bossangoa ne vote pas. Des hommes en armes ont tiré dès 3h du matin pour empêcher les électeurs d'accomplir leur devoir et aussi leur droit de Citoyen.

"Celui qui s'approchera d'un bureau de vote sera tué" ont décrété les gangsters de la République.

Bossangoa ville morte. Les boutiques sont fermées. Pas la moindre activité hormis les allées-venues des gangsters en armes dans les rues, ayant pris le relais des tirs de dissuasion qui se sont tus vers 7h.

Vérit…

Burundi: Entre silence et négationnisme

Image
Rebecca Tickle


Ce qui se passe au Burundi aujourd'hui nous rappelle les heures les plus sombres des juntes militaires en Argentine et au Chili de Pinochet. La disparition forcée, la torture et les exécutions extrajudiciaires de dizaines de milliers de civils avait été l'arme de destruction massive no 1 contre le peuple et avait à l'époque choqué le monde entier. Ces exactions avaient à l'époque été  cautionnées par les Etat-Unis notamment. Est-ce qu'on avait à l'époque demandé aux civils martyrisés de dialoguer avec Pinochet!?

Du chantage déguisé en dialogue. C'est tout.
Et ceux qui demandent que les résistants au 3ème mandat - illégitime - de Nkurunziza, passent au dialogue ne deviennent-ils pas complice de ce chantage à défaut d'être inconscient de la situation? N'a-t-on donc pas encore compris de quoi le sieur est capable d'infliger au peuple qui l'a librement et démocratiquement élu?

La menace, probable et justifiée dans l'absolu, d…